Nyala (Tragelaphus angasii)

LE NYALA (Tragelaphys angasii)

Le nyala est une superbe antilope de la famille des tragélaphinés (antilopes de fourrés à cornes spiralées). Il est d'une taille intermédiaire entre le grand koudou et le guib harnaché et semble être un mélange entre les deux. Il existe chez le nyala un dimorphisme sexuel prononcé. En effet, le mâle est plus de deux fois plus lourd que la femelle avec un pelage touffu marron foncé avec des rayures blanches 
sur les flancs. Les mâles ont également un fanon caractéristique. La femelle n'a pas de cornes et possède un pelage fauve orangé parsemé de rayures longitudinales sur les flancs.

Le nyala a  une aire de répartition limitée au bassin du Limpopo entre le nord de l'Afrique du Sud, le sud du Mozambique et du Zimbabwe.

Mâle nyala (Réserve de Sabi Sand, Afrique du Sud)                                                                                        Femelle nyala (Mana Pools, Zimababwe)

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES : 

Longueur: F= 132-146 cm ; M= 159-198 cm

Hauteur: F= 82-106 cm ; M= 104-121 cm

Poids: F= 55-68 kg ; M= 92-126 kg

ECOLOGIE : 

Habitat : Le nyala prospère dans les milieux au couvert végétal dense. On le trouve surtout dans les fourrés, les forêts, les forêts galeries et les savanes boisées. Il fréquente également les collines boisées. Il lui arrive de fréquenter pendant la nuit les écotones entre zones forestières et plaines.

Nourriture : Le nyala est à la fois phyllophage et herbivore en fonction des saisons. Il est plus volontiers phyllophage pendant la saison sèche où il se nourrit surtout de feuillage divers et de fruits. Plus de 108 espèces de plantes arbustives ont été recensées dans son régime alimentaire (Tello & Gelder). Pendant la saison des pluies, il se nourrit de plusieurs espèces de plantes herbacées et n'hésite pas à s'aventurer en milieu ouvert pour les chercher. 

Comportement : La structure sociale de base du nyala est celle de la harde composée de 5 ou 6 femelles apparentées et de leurs petits qui peuvent être d'âges divers. 
Les jeunes mâles quittent la harde au bout d'un an et demi et deux ans et s'associent à d'autres jeunes mâles pour de très coutes périodes de temps ne dépassant pas quelques jours. Au fur et à mesure qu'ils prennent de l'âge, ils deviennent de plus en plus solitaires.

Les nyalas ne sont pas territoriaux et les mâles se tolèrent entre eux en dépit de leurs moeurs solitaires. Des conflits peuvent néanmoins subvenir en présence d'une femelle en période d'oestrus. Toutefois les combats sont généralement évités grâce à l'accomplissement de postures rituelles permettant d'établir une hiérarchie entre les mâles. En effet, en présence d'un rival, le mâle effectue une parade latérale qui consiste à présenter son profil à l'adversaire tête baissée afin de mettre en évidence son fanon et sa taille. Le mâle tentera par ailleurs d'amplifier sa taille en arquant le dos et redressant les poils blancs de sa crête dorsale et en relevant sa queue sur son dos. Cette parade d'intimidation est généralement suffisante pour asseoir la domination d'un mâle sur un autre, le plus faible s'éloignant généralement. Le mâle peut alternativement également encorner la végétation proche où approcher son adversaire en adoptant une posture droite, pattes raides et tendues à l'image d'une marche militaire. Si l'importun ne tourne pas casaque, le combat peut s'engager cornes contre cornes. Les combats sont souvent l'oeuvre des jeunes mâles qui souhaitent tester leur force.

Les nyalas se déplacent au sein de domaines vitaux qui se chevauchent. Ce sont des animaux actifs à l'aube et au crépuscule. Ils se reposent aux heures les plus chaudes de la journée entre 10h00 et 14h00. 

Reproduction : Les nyalas se reproduisent tout au long de l'année avec deux pics en automne et au printemps. La gestation est de sept mois. Les mâles testent la réceptivité de la femelle en posant le museau à la base de la queue de la femelle pour la renifler. Il effectue ensuite le "flehmen" , grimace qui permet à l'animal de tester les phéromones émises par la femelle afin de tester sa réceptivité. Si elle est réceptive. Dans cette hypothèse, le mâle suit la femelle en maintenant la tête baissée à l'horizontale. Cette dernière continue à marcher tête baissée en urinant par intermittence incitant le mâle à tester l'urine. Lorsqu'elle est prête à, elle s'arrête pour permettre au mâle de procéder à l'accouplement.

La femelle s'isole dans la végétation dense pour mettre bas. Juste après la naissance elle lèche son petit et mange le placenta pour éliminer toute odeur et trace pour éviter les prédateurs. Le faon reste caché dans la végétation pendant les deux premières semaines (10 à 18 jours) jusqu'à ce qu'il soit suffisament fort pour suivre sa mère.

Prédateurs: Les nyalas sont la proie de tous les grands prédateurs de la savane africaine. Le léopard est probablement son plus grand prédateur dans la mesure où les deux espèces affectionnent particulièrement les zones denses en végétation. Les lycaons, les hyènes tachetées et les lions sont également des prédateurs importants. Les guépards s'en prennent également aux adultes. Dans la réserve de Phinda en Afrique du Sud, des coalitions de guépards mâles se sont faits une spécialité de chasser les nyalas mâles adultes. Les crocodiles du Nil sont une menace pour les adultes venant s'abreuver aux points d'eau. Les femelles et les petits peuvent également être la proie des pythons de Seba. Les babouins, les caracals, les chacals, les ratels, les grands rapaces peuvent également s'en prendre aux petits.

Meilleurs endroits pour le voir: Les nyalas sont communs et s'observent facilement dans les réserves de la Sabi Sand, du Kruger et de Hluhluwe-Umfolozi en Afrique du Sud. Il y a une petite population de nyala à Mana Pools au Zimbabwe.